Clémence Tschirret, praticienne en massage bien-être installée à Chenôve, nous partage ses projections à la sortie de sa formation et le décalage avec la réalité du métier de praticien·ne.

Praticienne de massage bien-être depuis 2014

L’attirance de Clémence pour la pratique du massage démarre dès l’enfance ; elle s’intéresse également à l’ito-thermie, méthode japonaise de relaxation, et se découvre une passion pour le métier de praticien·ne (reconversion professionnelle partiellement rémunérée par Pôle Emploi). Aujourd’hui, Clémence propose uniquement du massage bien-être en cabinet, ainsi que du massage assis en entreprise.

Première difficulté...

La première difficulté rencontrée a été celle du local professionnel : dans un premier temps installée à son domicile dans un village à proximité de Dijon, le développement de la clientèle a été limité. Ensuite installée en cabinet partagé avec d’autres praticien·ne·s bien-être, la cohabitation, le bruit ainsi que les horaires changeants sont devenus pesants. Elle est aujourd’hui installée dans un cabinet indépendant, qu’elle partage avec deux autres personnes, qui ne font pas de massage, et qui occupe les lieux à tour de rôle.

Vendre des massages comme des kebabs !

Sa projection avant d’entrer dans le métier ne correspondait pas à la réalité du terrain :

les premiers mois de formation, je pensais que ça allait être facile, comme je l’ai marqué dans mon mémoire de formation, je pensais que j’allais vendre des massages comme on peut vendre des kebabs ! Et en fait, pas du tout !!!

On se rend compte très rapidement que cette projection n’est pas la bonne, et que le portefeuille de clientèle progresse lentement. Plusieurs mois, voir plusieurs années, sont nécessaires avant d’être posé·e dans sa pratique et de pouvoir en vivre a minima.

Evolution professionnelle

Sa pratique a évolué au fil de ces 6 années d’exercice : aujourd’hui, sa définition même d’un bon massage se traduit par l’échange, l’amour et l’émotionnel ; elle ne recherche plus la performance de ses débuts mais plutôt l’échange d’un moment privilégié. Clémence s’ouvre à une pratique plus énergétique, toujours pour l’humain, pour faire du bien et être là pour les autres !

Partager sur Facebook
Partager sur LinkedIn

Contacter Clémence Tschirret

Merci à Clémence Tschirret d’avoir joué le jeu de cet interview ! Vous pouvez retrouver Clémence sur son site www.itozen.fr ou par téléphone au 06 73 17 65 41, ou par mail : itozen@hotmail.com

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments